Neutralité Carbone 2050 : Comment l’atteindre ?

Neutralité carbone 2050 : Définition, enjeux et stratégie

 

 

Face au réchauffement climatique, on entend beaucoup parler de neutralité carbone. C’est même devenu un objectif à atteindre pour 2050 pour de nombreux pays (dont la France), institutions et entreprises.

Mais concrètement, qu’est-ce que veut dire neutralité carbone ? Et comment y parvenir d’ici à 2050 ?

On vous explique tout dans cet article !

Neutralité Carbone : Définition

 

La neutralité carbone, également appelée « net zéro » ou « zéro émission nette », vise à limiter le réchauffement climatique à travers la réduction et l’absorption des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Le gouvernement européen la définit comme un équilibre entre les émissions de carbone et leur absorption par les puits de carbone naturels (sols, forêts et océans). Autrement dit, pour atteindre la neutralité carbone, les émissions de gaz à effet de serre ne doivent pas dépasser la capacité d’absorption de ces puits.

Il ne s’agit donc pas d’éliminer complètement les émissions de GES, car cela est tout simplement irréalisable compte tenu du fonctionnement de notre société.

Il est aussi important de noter que la neutralité carbone ne se limite pas aux émissions de CO2 – bien que son nom puisse porter à confusion !

En effet, elle concerne également d’autres gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique, tels que le méthane, le protoxyde d’azote, les hydrofluorocarbures, les perfluorocarbures et l’hexafluorure de soufre.

Le carbone sert toutefois de référence, car tous ces gaz sont convertis en tonne équivalent CO2 (tCO2eq). Par exemple, une tonne de méthane équivaut à 30 tCO2eq.

Sachez en revanche que CO2 est responsable du réchauffement climatique à 70 % (d’après le GIEC.)

 

 

Pourquoi atteindre la neutralité carbone ? Les avantages

 

 

Bien entendu, atteindre cette neutralité permet de limiter les effets du réchauffement climatique, tels que les phénomènes météorologiques extrêmes, la fonte des glaces, la perte de biodiversité et la destruction des habitats naturels, protégeant ainsi notre environnement pour les générations futures. 🌏

La réduction de la pollution atmosphérique permet, par la même occasion, de diminuer les risques pour notre santé, notamment les maladies respiratoires et cardiovasculaires.

 

👉 Concernant les entreprises qui contribuent à la neutralité carbone, cela leur permet de :

 

  • Réaliser des économies d’énergie : l’identification des postes gourmands en émissions permet de mettre en place des actions de réduction et donc de réduire les factures énergétiques ;
  • D’attirer plus facilement des investisseurs, collaborateurs et consommateurs : sachez que les parties prenantes sont de plus en plus sensibles aux engagements environnementaux des entreprises ;
  • D’améliorer l’image de l’entreprise : adopter une politique engagée envers la neutralité offre un réel avantage concurrentiel ;
  • D’être conforme aux réglementations environnementales : de nombreuses lois visant à lutter contre le réchauffement climatique existent. Par exemple, les entreprises de plus de 500 salariés en France sont tenues de réaliser leur bilan GES tous les 4 ans. Il vaut donc mieux anticiper, d’autant plus que les réglementations environnementales ne cessent de se durcir.

 

👉 À l’échelle nationale et internationale, la neutralité permet de :

 

  • Répondre aux objectifs de l’Accord de Paris : ce traité international vise à limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 °C, voire à 1,5 °C, d’ici la fin du siècle ;
  • Respecter les engagements internationaux et réglementations nationales : la Commission européenne, à travers son plan « Pacte vert pour l’Europe », s’est fixé pour objectifs de réduire les émissions de GES européennes de 55 % d’ici à 2030 et de devenir le premier continent à atteindre la neutralité carbone ;
  • Leadership mondial : adopter des politiques ambitieuses de neutralité renforce la position des pays sur la scène internationale en matière de durabilité et de responsabilité climatique.

Mesurer, réduire, protéger, compenser : Le chemin vers la neutralité carbone

 

La lutte contre le réchauffement climatique nous concerne tous. Ainsi, entreprises, collectivités territoriales, citoyens, tous ont un rôle à jouer pour atteindre la neutralité carbone à l’échelle internationale.

Regardons alors les différents moyens mis en place pour répondre à l’objectif de 2050.

1. Évaluer et réduire les émissions de GES

 

 

Bien entendu, atteindre la neutralité passe obligatoirement par la réduction des émissions.

Pour ce faire, il est essentiel d’entamer une transition énergétique et écologique, tant à l’échelle des individus, des entreprises et du pays.

Concrètement, il s’agit de se détacher de notre dépendance aux énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. Car pour rappel, les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz naturel) sont grandement émettrices et épuisables.

Pour y parvenir, la première étape consiste à réaliser un Bilan Carbone© pour identifier les sources de pollution et ainsi élaborer un plan d’action de réduction. Autrement dit, l’idée de ce bilan est de connaître l’empreinte environnementale d’un organisme en vue de la réduire.

Sachez d’ailleurs que la réalisation de ce bilan est déjà obligatoire pour les services de l’État, les collectivités de plus de 50 000 habitants, les personnes morales de droit public de plus de 250 personnes et, comme on vous le disait plus haut, les entreprises de plus de 500 salariés (et 250 en outre-mer.) Cette réglementation ne devrait pas tarder à s’étendre, alors autant anticiper !

 

 

 

💡 Chez take[air], on réalise votre Bilan Carbone© conforme à la méthodologie de l’ADEME. On vous accompagne aussi dans la réduction de vos émissions à travers la mise en place d’un plan d’action efficace et responsable. Contactez-nous pour en savoir plus ! 😎

 

2. Protéger les puits de carbone naturels

 

 

Pour équilibrer nos émissions et leur absorption, il est crucial d’augmenter la capacité de stockage de notre environnement, et ce, en préservant les puits de carbone naturels. Pour rappel, ces puits sont des réservoirs naturels qui captent et stockent le CO2 de l’atmosphère, tels que les forêts, les océans, les sols et les tourbières.

Selon le Parlement européen, chaque année, ils éliminent entre 9,5 et 11 gigatonnes de CO2 par an. C’est bien trop peu comparé aux émissions mondiales, qui ont atteint 37,8 gigatonnes en 2021, soit environ 4 fois la capacité de stockage de la Terre.

Il est donc essentiel de préserver ces puits naturels à travers👇

 

  • la préservation des forêts et le reboisement : lutte contre l’exploitation illégale du bois, contre la conversion des terres forestières en terres agricoles et adoption de pratiques forestières responsables favorisant la biodiversité, etc.
  • la protection des océans et des zones côtières : réduction de la pollution marine, mise en place de zones protégées, etc.
  • la préservation des sols : promotion de l’agriculture durable, lutte contre l’érosion et la dégradation des sols, restauration des terres dégradées par la reforestation, etc.

 

Qui plus est, la préservation de ces puits naturels passe aussi par l’éducation et la sensibilisation afin d’informer les individus sur leur importance et les moyens de les préserver.

 

💡 Le saviez-vous ? Il existe également des puits de carbone artificiels qui fonctionnent grâce à des technologies de captage et de stockage du carbone (CCS).

 

3. Compenser les émissions résiduelles

 

En complément d’une stratégie de réduction, il est aussi possible de compenser les émissions résiduelles, c’est-à-dire celles qui ne peuvent être évitées.

Pour cela, les organisations et particuliers peuvent acheter des crédits carbone générés par des projets visant à lutter contre le réchauffement de la Terre. Ces derniers peuvent concerner la gestion des sols, des forêts, des terres agricoles, le développement des énergies renouvelables, la gestion des déchets, les transports verts, etc.

Pour chaque projet, un crédit équivaut à une tonne de CO2 évitée ou séquestrée. Ainsi, le nombre de crédits attribué à un projet correspond à la quantité de CO2e qu’il aura absorbée ou évitée sur la période.

À noter : pour qu’un projet génère des crédits carbone, il doit être certifié par une norme internationale, comme le Label bas-carbone, Climate Action Reserve, etc.

🚨 Attention, acheter des crédits carbone ne doit pas être une excuse pour polluer. La priorité est de réduire les émissions à la source !

La SBNC : La stratégie de réduction de la France

 

 

L’ADEME (l’Agence de la Transition Écologique) estime que chaque État doit atteindre sa propre neutralité.

Ainsi, pour y parvenir, la France a adopté en 2015 la SNBC (Stratégie Nationale Bas-Carbone) – autrement dit, sa feuille de route pour réduire les émissions de GES et atteindre la neutralité carbone. D’ailleurs, atteindre cette neutralité implique de diviser par 6 les émissions de GES du pays par rapport à 1990.

 

Pour y parvenir, cette stratégie possède plusieurs moyens d’action :

 

  • L’optimisation de l’efficacité énergétique des bâtiments et industries ;
  • L’amélioration de la performance énergétique des véhicules ;
  • Le développement des transports en commun et la promotion du covoiturage
  • Le développement d’une agriculture responsable ainsi que d’une gestion forestière active et durable ;
  • La diversification du mix énergétique grâce aux énergies renouvelables ;
  • L’accompagnement des entreprises vers des systèmes de production bas-carbone ;
  • La promotion de l’économie circulaire ;
  • Le développement du recyclage ;

 

Pour terminer et résumer l’article, vous l’aurez compris, atteindre la neutralité carbone est un objectif mondial qui nous concerne tous. Eh oui, le réchauffement climatique n’épargne malheureusement personne !

Les entreprises et collectivités doivent alors mesurer leurs émissions grâce au Bilan Carbone, puis les réduire à travers leur plan d’action de réduction et, si besoin, compenser celles résiduelles grâce à l’achat de crédits carbone.

Vous aussi, en tant qu’individu, vous pouvez contribuer à cette neutralité à travers des pratiques responsables et peu émettrices au quotidien.

Pensez également à vous tenir informé des réglementations, des avancées technologiques durables et des initiatives locales qui soutiennent cet objectif commun. ✅

Ces autres articles pourraient aussi vous plaire

Découvrez d’autres articles rédigés par nos soins sur le même sujet.

Le scope 3 englobe les émissions de gaz à effet de serre (GES) indirectes générées par une entreprise, mais qui ne sont pas sous son contrôle direct. Autrement dit, cette vaste catégorie inclut les émissions liées aux activités en amont et en aval de la chaîne de valeur de l’entreprise. Alors concrètement, quelles sont les émissions de GES comptabilisées dans le scope 3 du bilan carbone® ? Nous expliquons tout dans cet article !
Pour réussir la transition énergétique de la France et atteindre la neutralité carbone à l’échelle mondiale, le photovoltaïque joue un rôle essentiel, tout comme les autres sources d'énergies renouvelables. Néanmoins, les panneaux solaires sont souvent au cœur des débats concernant leur impact sur l’environnement. Alors, quand est-il réellement ? Sont-ils totalement écologiques compte tenu de leur fabrication et de leur recyclage ? Contribuent-ils à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays ?
Au cœur du pacte vert pour l’Europe, la taxonomie européenne, aussi appelée taxonomie verte, vise à promouvoir la finance durable et ainsi à faciliter la transition écologique de l’Union européenne. Alors, comment fonctionne-t-elle ? Quels sont ses objectifs et enjeux ? tout comprendre dans cet article.

Études de cas

Ils ont fait appel à nos services

L’entreprise Maestria a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone® et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L'entreprse Regain a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
Espaces & Volumes a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.

Contact

Contactez-nous

Laissez-nous un message, un de nos consultants vous recontacte en moins de 48 heures.

Newsletter Carbon[Talk]

Une fois par mois, faites un tour d’horizon de l’actualité climatique directement depuis votre boîte mail !

Retour en haut