Mettre en place une stratégie d’achats responsables : 6 étapes

Une politique d’achats responsables est une démarche stratégique visant à réduire les répercussions environnementales et sociales concernant les décisions d’achat d’une organisation.

Elle représente ainsi un pilier essentiel de la stratégie RSE d’une entreprise puisqu’elle permet de répondre à un grand nombre de critères environnementaux, sociaux et économiques : faibles émissions de CO2, utilisation de matériaux durables, respect du droit du travail, impact social positif, etc.

Cependant, le développement de cette stratégie ne se fait pas du jour au lendemain.

Cela nécessite une analyse des pratiques et des engagements de l’entreprise, l’implication active de ses fournisseurs, l’élaboration d’un plan d’action fiable et transparent, etc.

Dans cet article, on détaille les 6 étapes qui vous permettront de mettre en place une politique d’achats responsables au sein de votre structure.

 

Étape 1 : Référencer les achats et fournisseurs de son entreprise

 

Tout d’abord, vous devez comprendre la manière dont votre entreprise fonctionne, c’est-à-dire connaître vos forces et faiblesses concernant vos achats.

On parle là d’un diagnostic RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises.)

Pour cela, établissez une liste référençant tous vos fournisseurs et vos achats. Et ce, selon leurs engagements et bonnes pratiques : achat de matériel informatique reconditionné, de produits de seconde main ou certifiés, choix de fournisseurs locaux, matières premières labellisées, etc.

L’idéal est que cette analyse soit réalisée par le pôle RSE de votre entreprise puisque vos équipes seront déjà formées aux enjeux du développement durable.

Sinon, vous pouvez former vos équipes avec l’ADEME ou suivre la norme ISO 20400. Cette dernière fournit les lignes directrices pour intégrer la responsabilité sociétale dans vos processus d’achats.

 

 

Étape 2 : Évaluer l’impact de ses achats

 

 

 

 

Une fois cette liste réalisée, analysez les processus d’achat actuels en évaluant leur impact carbone, social et économique.

Cet audit vous permettra de mettre en lumière vos bonnes pratiques ainsi que les domaines où des améliorations sont possibles et nécessaires.

Pour vous aider, on vous recommande de réaliser l’analyse du cycle de vie (ACV) des produits et services achetés. Mais attention, celle-ci se concentre seulement sur l’impact environnemental, en prenant en compte les flux entrants (ressource en eau, en énergie…) et les flux sortants (tout ce rejette le produit durant sa durée de vie.)

Pour l’analyse de l’impact social, intéressez-vous aux labels et questionnez vos parties prenantes. Car oui, une politique d’achats responsables ne se concentre pas uniquement sur le volet environnemental. Il faut aussi prendre en compte les mesures sociales mises en place par vos fournisseurs (condition de travail, respect des normes, politique de non-discrimination, protection de la santé, respect de la mixité, etc.)

Pensez aussi à vous intéresser de près aux démarches environnementales de vos fournisseurs. Par exemple :

  • Ont-ils réalisé leur Bilan Carbone® ?
  • Quelles mesures ont-ils prises pour réduire leur consommation d’énergie ?
  • Quels sont leurs engagements en matière de protection de la biodiversité ?
  • Comment assurent-ils leur conformité aux réglementations environnementales locales et internationales dans toutes leurs activités ?

 

Étape 3 : Définir ses objectifs

 

 

 

 

Après avoir réalisé l’analyse de vos pratiques d’achat actuelles et celles de vos fournisseurs, il est temps de définir vos objectifs à court, moyen et long terme.

Ici, la méthode SMART peut être un outil précieux pour clarifier et structurer vos objectifs. 👇

 

 

  • Spécifiques : Définissez des objectifs précis et concrets, en identifiant clairement ce que vous souhaitez accomplir en termes de responsabilité sociale et environnementale.
  • Mesurables : Assurez-vous que vos objectifs soient mesurables afin de pouvoir évaluer votre progression et vos résultats. Utilisez des indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour suivre vos performances.
  • Atteignables : Fixez-vous des objectifs réalistes et réalisables, en tenant compte de vos ressources, de vos capacités et des contraintes spécifiques de votre entreprise.
  • Réalistes : Assurez-vous que vos objectifs sont pertinents par rapport à votre vision, vos valeurs et vos priorités en matière de durabilité et de responsabilité sociale.
  • Temporellement définis : Fixez des échéances claires pour chaque objectif afin de créer un cadre pour votre plan d’action et ainsi être organisé.

 

Étape 4 : Établir son plan d’action

 

 

Ensuite, élaborez votre plan d’action détaillé afin d’atteindre vos objectifs définis au préalable.

Par exemple, vous pouvez :

  • mettre à jour vos politiques d’achat en y intégrant vos critères durabilité ;
  • choisir des matières premières labellisées, comme FSC pour le bois ou Better Cotton pour le coton ;
  • opter pour des fournisseurs locaux de votre région ;
  • rechercher de nouveaux fournisseurs ayant une démarche responsable ;
  • inciter vos fournisseurs à innover dans des produits et des processus plus durables, en utilisant des technologies innovantes et des méthodes de production respectueuses de l’environnement ;
  • sensibiliser vos équipes aux enjeux liés aux achats responsables et aux avantages qu’ils offrent ;
  • proposer des formations en interne pour familiariser vos équipes aux critères de sélection des fournisseurs et concernant les bonnes pratiques d’approvisionnement durable ;
  • réaliser des audits réguliers pour évaluer les conditions de travail chez vos fournisseurs, en vous assurant qu’ils respectent le droit au travail ;
  • impliquer activement vos parties prenantes (clients, fournisseurs, employés, actionnaires) en les tenant informés de vos initiatives et en sollicitant leur feedback.

 

Pensez aussi à prioriser les domaines d’action en fonction de leur impact potentiel sur votre entreprise.

 

💡 Le saviez-vous ? De nombreuses entreprises ont choisi de rédiger une charte concernant leur politique d’achats responsables. Celle-ci doit être signée par les fournisseurs afin de s’assurer qu’ils respectent les engagements sociaux et environnementaux définis au préalable. Vous pouvez, vous aussi, adopter cette démarche.

 

Étape 5 : Suivre de près les progrès réalisés

 

 

Une fois vos actions réalisées, il est essentiel d’établir un processus de suivi pour évaluer vos progrès et assurer l’efficacité de vos initiatives.

Identifiez alors des indicateurs clés qui vous permettront de mesurer les résultats de vos actions.

Par exemple, si votre objectif premier est de réduire votre empreinte environnementale et vos émissions de gaz à effet de serre, l’idéal est de réaliser le Bilan Carbone® de votre structure. Il vous permettra d’attester de l’efficacité de vos démarches, et ce, avec des chiffres à l’appui.

Pensez aussi à mettre en place un système de collecte de données pour suivre facilement vos performances. Et assurez-vous que les données collectées sont fiables et précises.

Enfin, en fonction des résultats, vous pourrez identifier les domaines où des améliorations sont nécessaires pour renforcer votre politique d’achat responsable.

 

 

Étape 6 : Communiquer sur ses actions et résultats

 

 

Enfin, la dernière étape consiste à communiquer sur vos actions et progrès en matière d’achat responsable, et ce, en interne et en externe : employés, clients, fournisseurs et actionnaires.

Cette communication est essentielle car elle permet :

  • de démontrer que votre entreprise assume sa responsabilité sociale en rendant compte de vos actions et résultats ;
  • de renforcer la confiance de vos parties prenantes grâce à des pratiques transparentes ;
  • d’attirer de potentiels investisseurs, collaborateurs et consommateurs sensibles aux enjeux sociaux et environnementaux ;
  • de vous différencier sur le marché en renforçant votre réputation et en créant une image de marque positive ;
  • d’inciter d’autres acteurs et fournisseurs à adopter des pratiques durables ;
  • d’anticiper les futures réglementations en matière de développement durable.

 

 

Mettre en place une stratégie d’achats responsables : En bref

 

 

Résumons les 6 étapes pour mettre en place une politique d’achats responsables au sein de votre structure :

 

  • Tout d’abord, vous devez analyser vos pratiques actuelles et celles de vos fournisseurs concernant les engagements sociaux et environnementaux de vos achats.
  • Ensuite, évaluez l’impact carbone, social et économique de vos achats afin d’identifier vos bonnes pratiques, tout en mettant en lumière les domaines où des améliorations sont nécessaires.
  • Définissez des objectifs chiffrés et atteignables à atteindre sur le court, moyen et long terme. Ici, l’approche SMART peut largement vous aider.
  • Mettez en place votre plan d’action pour atteindre vos objectifs en priorisant celles qui ont le plus d’impact.
  • Suivez de près vos actions durables afin d’analyser vos progrès réalisés concernant vos achats responsables.
  • Enfin, communiquez sur vos engagements et résultats en interne et en externe.

 

Bien que le développement de cette stratégie demande un grand investissement, vous constaterez rapidement une amélioration des performances globales de votre entreprise ainsi qu’une réduction de son impact environnemental.

Désormais, vous connaissez toutes les étapes pour développer une politique d’achats responsables.

 

Alors, à vous de jouer pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. 🌍

Ces autres articles pourraient aussi vous plaire

Découvrez d’autres articles rédigés par nos soins sur le même sujet.

Au cœur des nouveaux standards de [reporting de la CSRD se trouve la norme ESRS E1. Axée sur le changement climatique et particulièrement exigeante, cette norme demande aux entreprises d'être totalement transparentes sur leurs impacts environnementaux et leurs actions visant à lutter contre le réchauffement climatique. Alors, en quoi consiste concrètement cette norme ? Quelles informations les entreprises doivent-elles collecter ? Et comment s’y préparer ? Nous y répondons dans cet article ! Nous répondons à toutes ces questions dans cet article ! 😉
Le Bilan Carbone® est une tâche complexe qui nécessite des compétences spécifiques et une connaissance approfondie des méthodologies. C’est pourquoi, de nombreuses entreprises choisissent d’externaliser cette démarche en faisant appel à des cabinets de conseil spécialisés. Peut-être que vous aussi, vous envisagez cette option ? Si c’est le cas, cet article devrait vous intéresser puisqu’on vous donne un aperçu des nombreux avantages que l’externalisation peut offrir.
Le décret tertiaire a été instauré pour réduire la consommation énergétique des infrastructures publiques et privées. La réalisation d'un Bilan Carbone® s'inscrit alors parfaitement dans cette démarche et va même au-delà ! Alors, comment répondre aux objectifs du décret tertiaire via la réalisation d’un Bilan Carbone ® ? Nous expliquons tout dans cet article !

Études de cas

Ils ont fait appel à nos services

L'entreprse Regain a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
Espaces & Volumes a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise EDIPAR a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.

Contact

Contactez-nous

Laissez-nous un message, un de nos consultants vous recontacte en moins de 48 heures.

Newsletter Carbon[Talk]

Une fois par mois, faites un tour d’horizon de l’actualité climatique directement depuis votre boîte mail !

Retour en haut