Compensation carbone : définition, objectifs et mise en place

De nombreux secteurs – comme les transports, l’industrie ou encore l’aviation – utilisent des combustibles fossiles : pétrole, charbon et gaz naturel. Ces derniers produisent d’importants gaz à effet de serre et contribuent au réchauffement climatique.

La compensation carbone entre donc en jeu pour réduire l’impact de ces gaz sur notre environnement.

Mais concrètement, en quoi consiste-t-elle ? Quelle est la différence entre compensation et contribution ? Comment réussir à compenser ses émissions ?

Dans cet article, on vous dit tout pour comprendre ce concept et ainsi limiter votre impact environnemental.

 

La compensation carbone, qu’est-ce que c’est ?

 

 

La compensation carbone consiste à financer des projets pour stocker, réduire ou éviter les émissions de GES. Celles-ci sont quantifiées en “équivalents CO2″ : un concept créé par le GIEC pour comparer tous  les gaz à effet de serre en les transformant en quantités équivalentes de dioxyde de carbone (le gaz le plus répandu et le plus étudié.)

La compensation s’adresse tant aux entreprises, qu’aux particuliers ou encore aux collectivités territoriales – bref à tous ceux qui souhaitent s’engager contre le réchauffement climatique.

 

💡 Le saviez-vous ? Compenser ses émissions de GES est une mesure temporaire. L’objectif principal est de les réduire à la source en adoptant des pratiques plus durables, en utilisant des énergies renouvelables et en améliorant l’efficacité énergétique. On y revient un peu plus bas. 😉

 

 

Comment fonctionne la compensation carbone ?

 

 

Pour chaque tonne de CO2 (ou d’autres gaz à effet de serre), il est possible d’acheter des crédits carbone : un crédit carbone équivaut toujours à une tonne de CO2 évitée.

Ces crédits sont générés par des projets de compensation qui stockent et réduisent les émissions, comme :

  • La reforestation et l’afforestation : les arbres absorbent le CO2 lors de la photosynthèse. Ainsi, préserver nos forêts et planter de nouveaux arbres permettent de séquestrer et de stocker du CO2.
  • Le développement des énergies renouvelables : la construction et l’exploitation de sources d’énergies renouvelables (parcs éoliens, centrales solaires, barrages hydroélectriques…) permettent de remplacer les énergies fossiles et donc de réduire les émissions de CO2.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique : l’optimisation des processus industriels, l’amélioration de l’efficacité des bâtiments et des appareils permettent de réduire sa consommation d’énergie, donc ses émissions.

 

 

👉 Attention, avant d’acheter des crédits carbone, assurez-vous de choisir un projet certifié par une organisation reconnue. Vérifiez également la quantité d’émissions de gaz à effet de serre évitées ou capturées, et ce, avant même le début du projet que vous financez.

Contribution et compensation : quelle est la différence ?

 

La contribution et la compensation sont deux concepts différents, mais complémentaires.

Regardons tout ça de plus près. 👇

La contribution : pour agir directement à la source :

 

La contribution consiste à agir directement à la source pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour y parvenir, il est essentiel d’adopter des pratiques plus durables et de limiter sa dépendance aux combustibles fossiles, notamment par :

  • L’utilisation d’énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique) pour remplacer les combustibles fossiles dans la production d’électricité.
  • L’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments, des véhicules et des processus industriels.
  • L’adoption de pratiques agricoles durables pour réduire les émissions de méthane et d’oxyde nitreux.
  • La promotion de modes de transport plus verts, tels que les transports publics et les véhicules électriques.

 

La compensation : pour intervenir après les émissions :

 

Comme vu précédemment, la compensation consiste à prendre des mesures pour retirer ou réduire une quantité équivalente de CO2 ou d’autres gaz à effet de serre (projets de stockage, de reforestation, d’élimination du méthane, etc.)

À la différence de la contribution, la compensation intervient, elle, après que les émissions ont eu lieu. Bien entendu, une entreprise peut choisir de les intégrer tous deux dans sa stratégie climat.

 

Pourquoi compenser ses émissions de gaz à effet de serre ?

 

Vous vous en doutez, compenser ses émissions de gaz à effet de serre offre de nombreux avantages, tant pour l’environnement que pour le développement d’une entreprise par exemple.

 

En effet, vous :

 

  • engagez votre responsabilité environnementale : compenser ses émissions permet de reconnaître sa propre responsabilité envers l’environnement. Vous contribuez donc à la lutte contre le réchauffement climatique ;
  • réduisez votre empreinte carbone : il peut être difficile d’éliminer ses émissions de GES – surtout dans certains secteurs industriels. La compensation permet donc de réduire son empreinte carbone nette ;
  • stimulez des projets de durabilité : grâce à l’achat de crédits carbone, vous contribuez financièrement au développement de projets pour la protection de notre environnement ;
  • améliorez votre image de marque : compenser ses émissions permet de partager l’image d’une entreprise engagée auprès de ses parties prenantes (consommateurs, partenaires, investisseurs, etc.) D’ailleurs, celles-ci sont de plus en plus sensibles à ces enjeux.
  • optez pour des mesures temporaires en attendant des solutions durables : la compensation permet de prendre des mesures immédiates pour réduire son impact climatique, tout en travaillant sur des stratégies et des solutions durables, efficaces et à long terme.

 

Les 5 étapes pour compenser ses émissions de GES

 

Voici les 5 étapes à suivre pour compenser vos émissions de gaz à effet de serre de manière optimale ! 👇

 

 

  1. Calculer son bilan carbone : tout d’abord, vous devez connaître la quantité de gaz à effet de serre que vous émettez, et ce, grâce au bilan carbone : une méthode mise en place par l’ADEME.

 

👉 C’est là qu’on intervient ! Notre équipe de Carbon Killer vous accompagne pas à pas dans votre démarche. Eh oui, grâce à notre solution digitale de management du carbone, on mesure et pilote vos émissions de CO2 afin de les réduire. On propose aussi un accompagnement personnalisé par nos experts.

 

  1. Choisir un projet de compensation : une fois que vous avez connaissance de votre empreinte carbone, il est temps de choisir un projet de compensation – et il y a du choix !
  2. Mesurer la quantité à compenser : en fonction de votre bilan carbone et du projet choisi, calculez la quantité de CO2 ou d’autres gaz à effet de serre à compenser.
  3. Acheter des crédits carbone : en fonction du volume de vos émissions, vous obtiendrez un nombre de crédits carbone correspondant. Assurez-vous, là aussi, d’acheter des crédits vérifiés et certifiés.
  4. Communiquer vos engagements : une fois vos émissions compensées, pensez à partager vos engagements et vos valeurs autour de vous, notamment via vos réseaux. Vous incitez ainsi d’autres entreprises à prendre des mesures similaires. Vous améliorez, par la même occasion, votre marque employeur auprès de vos parties prenantes qui recherchent, elles aussi, des entreprises engagées ! En prime, vous renforcez aussi votre stratégie RSE.

 

La compensation carbone : en bref ?

 

La contribution et la compensation jouent chacune un rôle important dans la lutte contre le réchauffement climatique

 

  • La contribution agit directement à la source pour réduire les émissions de GES via des pratiques durables et l’utilisation d’énergies renouvelables.
  • La compensation intervient, elle, après les émissions afin de réduire leur impact et de soutenir différents projets de réduction de GES.

Ces deux approches complémentaires sont essentielles pour atteindre nos objectifs climatiques, notamment la neutralité carbone d’ici 2050.

Cependant, ayez en tête que la contribution reste prioritaire pour réduire notre empreinte carbone directement à la source. La compensation permet, elle, d’accélérer notre transition vers une économie bas-carbone.

Ces autres articles pourraient aussi vous plaire

Découvrez d’autres articles rédigés par nos soins sur le même sujet.

Au cœur des nouveaux standards de [reporting de la CSRD se trouve la norme ESRS E1. Axée sur le changement climatique et particulièrement exigeante, cette norme demande aux entreprises d'être totalement transparentes sur leurs impacts environnementaux et leurs actions visant à lutter contre le réchauffement climatique. Alors, en quoi consiste concrètement cette norme ? Quelles informations les entreprises doivent-elles collecter ? Et comment s’y préparer ? Nous y répondons dans cet article ! Nous répondons à toutes ces questions dans cet article ! 😉
Le Bilan Carbone® est une tâche complexe qui nécessite des compétences spécifiques et une connaissance approfondie des méthodologies. C’est pourquoi, de nombreuses entreprises choisissent d’externaliser cette démarche en faisant appel à des cabinets de conseil spécialisés. Peut-être que vous aussi, vous envisagez cette option ? Si c’est le cas, cet article devrait vous intéresser puisqu’on vous donne un aperçu des nombreux avantages que l’externalisation peut offrir.
Le décret tertiaire a été instauré pour réduire la consommation énergétique des infrastructures publiques et privées. La réalisation d'un Bilan Carbone® s'inscrit alors parfaitement dans cette démarche et va même au-delà ! Alors, comment répondre aux objectifs du décret tertiaire via la réalisation d’un Bilan Carbone ® ? Nous expliquons tout dans cet article !

Études de cas

Ils ont fait appel à nos services

L'entreprse Regain a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
Espaces & Volumes a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise EDIPAR a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.

Contact

Contactez-nous

Laissez-nous un message, un de nos consultants vous recontacte en moins de 48 heures.

Newsletter Carbon[Talk]

Une fois par mois, faites un tour d’horizon de l’actualité climatique directement depuis votre boîte mail !

Retour en haut