Calculer l’empreinte carbone produit : tout comprendre

Empreinte carbone produit : définition, calcul et enjeux environnementaux

 

L’empreinte carbone d’un produit est devenue une préoccupation de plus en plus importante.

En effet, les consommateurs cherchent à réduire leur impact environnemental en optant pour des produits ayant une empreinte carbone plus faible. Les entreprises cherchent, elles aussi, à minimiser leur impact afin de répondre aux attentes des consommateurs et pour respecter les réglementations environnementales.

Mais qu’est-ce que l’empreinte carbone produit ? Comment peut-on la calculer ? Et pourquoi ?

Pour être incollable sur ce sujet, restez avec nous. On vous dit tout juste ici.👇

 

L’empreinte carbone d’un produit : définition

 

L’empreinte carbone d’un produit (ECP) est la quantité totale de gaz à effet de serre émis par celui-ci tout au long de son cycle de vie, c’est-à-dire de sa production à son élimination. Celle-ci est généralement mesurée en tonnes de CO2 équivalentes (ou CO2e) afin de pouvoir comparer les émissions des différents gaz en unité commune.

💡 Le saviez-vous ? Les gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) sont les principaux contributeurs au changement climatique.

 

Pour plus de détails, le calcul de l’empreinte carbone d’un produit comprend :

 

  • L’extraction des matières premières ;
  • Les étapes de production ;
  • Son transport ;
  • Sa distribution ;
  • Son utilisation ;
  • Et son élimination ou son recyclage.

 

Il est important de ne pas confondre le bilan carbone d’une entreprise et d’un produit.

En effet, le bilan carbone d’une entreprise analyse les émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre générées par l’ensemble de ses activités. C’est donc l’empreinte carbone globale de l’entreprise qui est calculée.

Tandis que l’empreinte carbone d’un produit est davantage spécifique puisqu’elle s’attache au cycle de vie complet d’un seul produit.

 

Comment calculer l’empreinte carbone d’un produit ?

 

Calculer l’empreinte carbone d’un produit peut être complexe. En effet, le calcul varie en fonction du type de produit, du lieu de production, du mode de transport ou encore en fonction des pratiques d’élimination.

Néanmoins, son calcul inclut généralement les émissions de GES dues  :

 

  • À l’extraction et au traitement des matières premières ;
  • À la production et la fabrication du produit, de la transformation des matières premières jusqu’au produit fini ;
  • À son transport, jusqu’au lieu de vente ou d’utilisation ;
  • À son l’utilisation ;
  • À sa fin de vie, recyclage ou élimination en fin de vie.

 

💡Le saviez-vous ? Le calcul de l’empreinte carbone d’un produit est encadré par la norme ISO 14067, un outil précieux pour les entreprises. Celle-ci fournit un cadre commun afin de faciliter les comparaisons entre les produits et les entreprises. Elle spécifie aussi les exigences et les lignes directrices relatives à la quantification et à la déclaration de l’empreinte carbone des produits.

 

La méthode ACV

 

L’une des méthodes les plus courantes est l’analyse de cycle de vie, qu’on appelle ACV.

Cette méthode évalue l’impact environnemental d’un produit en examinant chaque étape de son cycle de vie. Elle s’intéresse notamment à la production et l’utilisation des matières premières, à sa fabrication, à son transport, à son utilisation, à son élimination, ainsi qu’à la pollution de l’air, de l’eau et du sol.

L’ACV nécessite une bonne connaissance du produit, ainsi que des compétences en matière d’évaluation environnementale. En effet, cette méthode demande de définir les objectifs et le champ d’analyse, de recueillir les données sur chaque étape du cycle de vie et d’évaluer ses impacts environnementaux. L’objectif, ensuite, est d’interpréter et d’analyser les résultats en vue de mettre en place des actions concrètes visant à réduire son empreinte carbone.

 

Pourquoi calculer l’empreinte carbone d’un produit ?

 

Vous l’aurez compris, calculer l’empreinte carbone d’un produit permet de comprendre l’impact environnemental et ainsi de lutter contre le changement climatique. L’entreprise pourra alors prendre des décisions plus durables concernant, par exemple, sa production, la gestion de ses déchets, le transport de ses produits ou encore le choix de ses matières premières.

Par exemple, l’ACV est de plus en plus utilisée par les entreprises pour :

 

  • Évaluer et améliorer la durabilité de leurs produits et de leur processus de production ;
  • Pour répondre aux exigences réglementaires environnementales ;
  • Pour répondre aux attentes des consommateurs en matière d’impact environnemental.

 

Calculer l’empreinte carbone permet aussi de sensibiliser les consommateurs aux impacts climatiques d’un produit. Qui plus est, elle permet de construire une relation de confiance avec ces derniers qui souhaitent de plus en plus consommer de manière durable et éco-responsable. Bref, en optant pour la transparence, vous vous démarquez de la concurrence.

 

Comment les consommateurs peuvent-ils reconnaître un produit responsable ?

 

Pour inciter les consommateurs à se tourner vers une consommation durable, une entreprise peut apposer des étiquettes sur leurs produits. Celles-ci vont de A à E et offrent des informations quantifiées sur les impacts environnementaux du produit selon trois critères :

 

  • La quantité d’émissions de GES ;
  • Les atteintes à la biodiversité ;
  • La consommation d’eau et d’autres ressources naturelles.

 

Sinon, il est aussi possible de se fier aux labels.

 

Les plus répandus sont :

 

  • GOTS (Global Organic Textile Standard) : cette certification garantit que les procédés de production et de transformation des textiles sont respectueux de l’environnement ;
  • FSC (Forest Stewardship Council) : ce label garantit que le bois utilisé pour la production provient de forêts gérées de manière responsable ;
  • l’Écolabel européen : celui-ci identifie les produits respectueux de l’environnement et de la santé sur l’ensemble de leur cycle de vie ;
  • NF Environnement : ce label garantit la qualité écologique d’un produit, ainsi que sa conformité aux normes ;
  • TCO : cette certification est destinée au matériel informatique et garantit la réduction de la consommation énergétique, la prolongation de la durée de vie ainsi que la limitation des substances dangereuses contenues dans les emballages et le recyclage.

 

💡 Le saviez-vous ? Depuis 2021, il existe aussi l’indice de réparabilité. Avec une note allant de 1 à 10, celui-ci renseigne sur la disponibilité des pièces de rechange en cas de panne ou de casse. L’objectif est de lutter contre l’obsolescence programmée et ainsi d’éviter la pollution relative à la fabrication d’un nouvel objet.

 

En somme, que retenir de l’empreinte carbone d’un produit ?

 

En conclusion, l’empreinte carbone d’un produit est un indicateur clé pour les entreprises soucieuses de leur impact environnemental.

Son calcul peut être complexe et demande d’analyser pas à pas toutes les étapes du cycle de vie d’un produit. Néanmoins, cela en vaut la peine puisque les entreprises peuvent contribuer à la lutte contre le changement climatique, répondre aux réglementations et aux attentes de leurs parties prenantes – notamment les consommateurs – et ainsi se démarquer de la concurrence. 😉

Ces autres articles pourraient aussi vous plaire

Découvrez d’autres articles rédigés par nos soins sur le même sujet.

Le transport maritime est l’acheminement de personnes et de marchandises par les mers et les océans. Aujourd’hui, 90 % des échanges de marchandises dans le monde se font par cette voie. Bien entendu, ces déplacements ont des impacts sur notre environnement. En effet, ce secteur contribue à la pollution des mers et des océans, mais aussi de l’atmosphère.
Le secteur des transports représente près de 25 %, des émissions mondiales de gaz à effet de serre, contribuant ainsi de manière significative au réchauffement climatique. Face à cette réalité, la transition vers des modes de déplacement durables devient une nécessité. Ainsi, la voiture électrique s’impose puisqu’elle est plus écologique que son équivalent thermique. D’ailleurs, en 5 ans, les ventes ont été multipliées par 5. Mais est-elle réellement un moyen de transport respectueux de l’environnement ?
Synonyme de bien-être et de dépaysement, chaque année, la montagne est très prisée par les touristes. Pourtant, les vacances au ski ont des effets néfastes sur notre environnement. D’ailleurs les territoires montagneux sont les premiers à subir les effets du réchauffement climatique : fortes périodes de canicule, de pluie, érosion des sols, éboulements, fonte des neiges, etc.

Études de cas

Ils ont fait appel à nos services

Espaces & Volumes a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise EDIPAR a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise GAMBA a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone ® et mettre en place un plan d’action pour réduire ses émissions de GES.

Contact

Contactez-nous

Laissez-nous un message, un de nos consultants vous recontacte en moins de 48 heures.

Newsletter Carbon[Talk]

Une fois par mois, faites un tour d’horizon de l’actualité climatique directement depuis votre boîte mail !

Retour en haut