Bilan Carbone négatif : Focus sur 3 pays

Afin d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, les pays doivent s’engager à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, tout en préservant leurs ressources naturelles.

En effet, moins de dioxyde de carbone provenant des activités humaines permet une diminution des gaz responsables du réchauffement climatique. De plus, le maintien, voire le développement de la couverture forestière, signifie davantage de gaz à effet de serre absorbés.

Dans cet effort mondial pour atteindre la neutralité carbone, 3 pays se distinguent avec un bilan carbone négatif : le Bhoutan, le Suriname et le Panama.

Regardons de plus près les exploits environnementaux de ces trois pays.

 

Le Bhoutan : un petit pays recouvert de forêt

 

 

Le Bhoutan est un tout petit pays, de la taille de la Suisse, niché dans l’est de la chaîne de l’Himalaya, où vivent 800 000 habitants.

Ce territoire est couvert de forêts à hauteur de 72 %. Celles-ci absorbent plus de carbone qu’il n’en est émis par sa population.

Résultat ? Le Bhoutan est l’un des rares pays à posséder un taux de rejet carbone négatif !

Pour vous donner quelques chiffres, en 2021, le pays a séquestré 9,4 millions de tonnes de carbone pour 3,8 millions de tonnes émises par sa population.

De plus, ce territoire est aussi célèbre pour sa riche biodiversité. Par exemple, en 2019, on comptait plus de 200 espèces de mammifères et 700 espèces d’oiseaux.

 

 

Et ce pays ne s’arrête pas là dans la protection de notre environnement.👇

 

  • En effet, il a réduit sa dépendance aux combustibles fossiles puisqu’une grande partie de l’électricité du pays est issue de l’hydraulique. De plus, le pays exporte cette énergie vers des pays proches, notamment son voisin, l’Inde.
  • Le gouvernement a réduit les taxes sur les voitures électriques afin de minimiser les importations de pétrole.
  • Le pays aspire à devenir le premier État avec une agriculture entièrement biologique.
  • Le gouvernement limite le nombre de touristes puisque le quota est fixé à 100 000 par an.
  • Ces touristes doivent payer une taxe fixée à 200 $ par jour pour compenser leurs émissions carbone et ainsi contribuer à la protection de l’environnement.
  • Une grande partie du programme scolaire des élèves est consacrée aux enjeux environnementaux.
  • Le gouvernement responsabilise les communautés locales en mettant en place des systèmes de gestion communautaire des forêts.
  • Enfin, depuis 1999, le plastique et le polystyrène sont interdits.

 

💡 Le saviez-vous ? Le Bhoutan est célèbre pour avoir remplacé le PIB (Produit National Brut) par le BNB (Bonheur National Brut) : un indice mesurant le bien-être quotidien de ses citoyens.

 

 

Le Panama : un pays qui se mobilise pour préserver sa biodiversité

 

 

Le Panama est un pays d’Amérique centrale qui, lui aussi, a réussi le pari du bilan carbone négatif. Et ce, malgré une forte activité économique et touristique.

En effet, sa vaste couverture forestière permet d’absorber en grande quantité les émissions de gaz à effet de serre du pays. Environ 60 % de son territoire est recouvert par des forêts tropicales, soit environ 5 millions d’hectares !

 

 

 

 

De plus, le pays mobilise ses ressources pour préserver sa nature et biodiversité, tout en favorisant le développement de l’activité touristique bénéfique aux populations locales.

 

D’ailleurs, en collaboration avec l’OMT (Organisation mondiale du tourisme) et NOAH (Network of Ocean Ambassadors Headquarters), le Panama a établi un fonds dédié à la neutralité climatique du tourisme. L’objectif de ce fonds est de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité touristique, en développant des pratiques durables.

 

Pour y parvenir, les politiques du pays sont centrés sur :

 

  • Le développement des énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques et énergie hydraulique pour l’électricité) ;
  • La restauration de sa couverture forestière ;
  • La réduction des déchets ;
  • Et l’électrification des transports.

 

De plus, le Panama affirme pouvoir vendre 18 millions de tonnes de crédits de CO2 cette dernière année. Ces ventes servent à protéger leurs forêts, à restaurer les terres déboisées, à créer des emplois verts, à développer l’écotourisme et la recherche scientifique.

 

💡 Le saviez-vous ? L’île artificielle de Barro Colorado, (située au milieu du canal du Panama) est une réserve naturelle depuis 1923 visant à protéger et à étudier la biodiversité.

Le Suriname : un bilan carbone négatif depuis 2014

Le Suriname est le plus petit pays d’Amérique du Sud, situé au nord du continent avec environ 600 000 habitants.

Avec 93 % de forêts, soit 15,2 millions d’hectares, le Suriname se distingue comme l’un des pays les plus boisés du monde. Depuis 2014, il affiche un bilan carbone négatif, grâce à ses vastes étendues forestières qui agissent comme des puits de carbone, absorbant ainsi les émissions générées par l’activité économique du pays.

 

Et préserver ce bilan, le pays mise sur 4 domaines clés. 👇

 

  • Les forêts : le Suriname s’engage à préserver la totalité du couvert forestier, mais demande un soutien international pour y parvenir. D’ailleurs, le taux de déforestation annuel est inférieur à 0,1 %. Et 3,5 % de la superficie totale du pays est sous la protection d’un système national de préservation des forêts et des zones humides.
  • Les transports : le gouvernement a annoncé des plans visant à améliorer et à développer les transports publics, tout en contrôlant les émissions des véhicules.
  • L’agriculture : responsable de 40 % des émissions du pays, le secteur agricole mise sur la gestion responsable des ressources en eau et en terre, ainsi que sur l’adoption de technologies durables et innovantes telles que la conversion de la biomasse en énergie.
  • L’électricité : la nation d’Amérique du Sud s’est fixée comme objectif de maintenir la part de l’électricité produite à partir de sources renouvelables au-dessus de 35 % d’ici à 2030.

 

 

 

 

💡 Le saviez-vous ? Le Suriname, le Panama et le Bhoutan ont formé une alliance appelant au financement international, au commerce préférentiel, à la taxation du carbone et d’autres initiatives visant à encourager les nations à adopter une économie axée sur un bilan carbone négatif.

 

Bilan Carbone négatif : une coopération mondiale

 

Néanmoins, bien que la protection de l’environnement soit au cœur de la politique de ces 3 pays, ils sont bel et bien touchés par le réchauffement climatique : fonte des glaciers, augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, modification des précipitations, perte des récoltes, etc.

Ainsi, la lutte pour atteindre la neutralité carbone nécessite une coopération mondiale, où chaque nation doit jouer un rôle crucial dans la réduction des émissions de GES et l’adoption de pratiques durables.

Vous l’aurez compris, la solidarité et la coopération internationales sont essentielles pour surmonter les conséquences du changement climatique et créer un avenir plus durable pour la planète. 🌱

 

 

 

 

Et si vous souhaitez mesurer et diminuer vos émissions de GES au sein de votre structure et ainsi contribuer à l’objectif de réduction des émissions, il est essentiel d’effectuer un Bilan Carbone®.

 

Rendez-vous sur notre site pour en savoir davantage. 😉

Ces autres articles pourraient aussi vous plaire

Découvrez d’autres articles rédigés par nos soins sur le même sujet.

Face au réchauffement climatique, il est urgent de réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre. La France a donc mis en place une Stratégie Nationale Bas Carbone (la SNBC) : la feuille de route pour conduire la politique d'atténuation du changement climatique.
Dans cet article, nous détaillons les 6 étapes qui vous permettront de mettre en place une politique d’achats responsables au sein de votre structure.
Dans les 5 années à venir, plus de 50 000 entreprises vont être dans l’obligation de rédiger ce reporting extra-financier. Et les premières concernées sont celles déjà soumises à la NFRD qui devront publier leur rapport au 1ᵉʳ janvier 2025. Alors, quelles sont les démarches à suivre pour se préparer à la directive CSRD ? Comment réaliser le reporting extra-financier de son entreprise ?

Études de cas

Ils ont fait appel à nos services

Espaces & Volumes a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise EDIPAR a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone et mettre en place un plan d’action efficace pour réduire ses émissions de GES.
L’entreprise GAMBA a fait appel à take[air] pour réaliser son Bilan Carbone ® et mettre en place un plan d’action pour réduire ses émissions de GES.

Contact

Contactez-nous

Laissez-nous un message, un de nos consultants vous recontacte en moins de 48 heures.

Newsletter Carbon[Talk]

Une fois par mois, faites un tour d’horizon de l’actualité climatique directement depuis votre boîte mail !

Retour en haut